Saison culturelle internationale 2022 ¡ SEL PÉROU !

¡ SEL PÉROU ! Une saison culturelle internationale inédite sur le territoire de Cap Atlantique, tout au long de l'année 2022 et en lien avec l'exposition temporaire "Le Sel des Incas" du Musée intercommunal des marais salants de Batz-sur-Mer.

Publié le

En 2022, Cap Atlantique propose pour la première fois, grâce à une action culturelle originale de Musée intercommunal des marais salants, de partir à la découverte des cultures d'un pays qui occupe depuis des siècles une place à part dans nos imaginaires : le Pérou.

C'est une première saison artistique et culturelle internationale dédiée que Cap Atlantique a voulu développer pour favoriser auprès de ses habitants, l'ouverture au monde et le dialogue interculturel, et renforcer le positionnement du territoire comme lieu de référence central des cultures du sel. 

Tout au long de l'année, en association avec les communes et les forces vives culturelles et artistiques présentes sur le territoire de Cap Atlantique, la diversité et l'excellence des expressions artistiques du Pérou seront mises à l'honneur auprès des habitants et des visiteurs du territoire pour renforcer son action, son ouverture et son attractivité.

"Les couleurs de l'Amazonie"

Du 14 au 30 mai 2022 

 

Invités internationaux : Rember Yahuarcani et Christian Bendayan.

 

Partenaires :

Porteurdu projet : Cap Atlantique (Musée des Marais Salants, Château de Ranrouët)

Programmateur, producteur, coordonnateur : agence PIAF

Partenaires globaux : Agence Française pour le Développement, Alliance Française de Lima, Ambassade du Pérou en France, Région Bretagne.

Partenaires territoriaux principaux : Communes de Pénestin et de Le Croisic

Partenaire culturel : Galerie de photographie HASY

Programme : 

  • Résidence en création de l'artiste Rember Yahuarkaniavec la municipalité de Pénestin : hébergement au Bateau-Livre. Travail en extérieur dans les jardins du phare et dans un espace couvert dédié.
  • Résidence en création de l'artiste Christian Bendayan avec la commune du Croisic : espace de travail et exposition de ses travaux dans la maison du musée et les jardins de la galerie Chapleau au Croisic.
  • 14 mai à 19h30 : performance de peinture en direct Live Painting avec musique Latina lors de la Nuit Européenne des Musées au Musée des Marais Salants (Musée de France). Début de la résidence de création pour le phare des deux artistes (chaque peintre commencera la réalisation des œuvres installées sur le phare, à travers la réalisation de paysage et créatures amazoniens. Tout au long de la soirée les visiteurs pourront suivre l’évolution et la réalisation des œuvres en parcourant les salles du musée aux rythmes de l’Amérique latine et aux sons de la forêt.
  • Résidence en création : "Les pieds sur Terre, la tête dans les Nuages" : création d'une installation murale exposée sur le phare de Tréhiguier à Pénestin à partir d'un travail participatif avec les habitants de la commune sur les légendes des rivières et forêts d'Amazonie et de Bretagne (le phare marque l'embouchure de la Vilaine) ; 2 œuvres originales de 3x3m2 (chacune composée de 2 panneaux de contreplaqué marine de 1,5x3m montrant la diversité de la flore et de la faune des deux pays et leurs êtres fabuleux présents à la fois au-dessus et en-dessous de la surface de l'eau) ainsi qu'une reproduction géante du TOTEM : une peinture inédite de 10mx3m spécialement réalisée pour l’occasion et exposée sur la tour du phare.
  • Du 14 mai au 12 juin : exposition des gravures de Christian Bendayan et des toiles de Rember Yahuarkani à la Galerie Chapleau au Croisic.
  • Exposition en plein air de reproductions de 15 œuvres grand format de Rember Yahuarkani, sur le chemin de ronde du Château de Ranrouët, visibles du 21 mai au 31 août.
  • 21 mai à 15h30 : Rencontre avec les artistes "Arts et cultures de la forêt amazonienne" au Musée des Marais Salants à Batz-sur-Mer.
  • Ateliers et rencontres sur les mythes amazoniens avec les écoliers et les usagers des bibliothèques (Pénestin, Camoël, Férel).
  • 28 mai à 18h : révélation et vernissage de l'installation réalisée pendant la résidence par les artistes invités "Les pieds sur Terre, la tête dans les Étoiles" sur la maison-phare de Tréhiguier, en présence des officiels, des partenaires et du grand public

Cette nouvelle action originale et inédite s'inscrit dans le plan d'ouverture international et de dialogue interculturel du Musée des marais salants, équipement culturel de Cap Atlantique, classée Musée de France depuis 2006. Elle s'adresse aux habitants et visiteurs du territoire, grand public et public scolaire. 

Cap Atlantique propose de partir à la découverte des expressions artistiques et culturelles, traditionnelles et contemporaines du Pérou. En effet, depuis les rives de l'Océan Pacifique jusqu'au coeur de la forêt amazonienne en passant par les sommets de la Cordillière des Andes, le Pérou est synonyme d'une richesse et d'un ailleurs fabuleux.

Ce pays de 32 millions d'habitants grand comme deux fois la France, recèle un patrimoine et une diversité culturelle et biologique unique au monde que cette action invite à découvrir tout au long de l'année (ateliers, cinéma, expositions...) et autour de 4 temps forts thématiques : musique, danse, gastronomie, arts visuels. 

 

Saison culturelle internationale ¡ SEL PEROU !

4 temps forts artistiques avec de prestigieux invités.

  • Du 2 au 12 février 2022 : Vibrer aux rythmes et sonorités de la côte péruvienne

Invité international : le chanteur et musicien Miguel Ballumbrosio.

Au programme : ateliers, concerts et conférence.

  • Du 14 au 30 mai 2022 : Les couleurs d'Amazonie

Invités internationaux : le peintre et écrivain amazonien Rember Yahuarkani, et Christian Bendayan, peintre, graveur et photographe.

Au programme : résidence en création, performance, réalisation d'une fresque murale, ateliers, expositions, conférence.

  • Août 2022 : Écouter le chant des Andes

Invitée internationale : la soprano andine Sylvia Falcon.

Au programme : concert et récital, balade musical, conférence. 

  • Octobre : Goûter les saveurs du Pérou

Invité international : le chef cuisinier Gaston Acurio.

Au programme : ateliers et dégustation, conférence. 

« La culture afro-péruvienne est l’une des bases de la construction de l’identité culturelle péruvienne, le fruit de la rencontre entre les traditions ancestrales africaines, andines et européennes, qui se projette dans l’avenir avec une force indestructible"

 Yana Runa. Chinchiví

S’approcher de la musique de la côte péruvienne, c’est être enveloppé d’énergie, de couleurs, de danse et d’exaltation, par ces sons ancestraux qui, en d’autres temps, ont migré avec l’esclavage dans le monde entier et ont évolué dans tous les coins de la planète. Le Trio Ballumbrosio ne se contente pas d’émuler les caractéristiques musicales évidentes de ses propres racines afro-péruviennes, mais va au-delà en les fusionnant avec des sons actuels, rendant sa musique éclectique et contemporaine, pour une véritable performance musicale et physique à couper le souffle.

Le berceau du CAJÓN

Avez-vous déjà entendu le son typique de la percussion cajón péruvien ? Son rythme caractéristique et les accords de la guitare sont emblématiques du folklore péruvien ; dans le spectacle du trio, ils sont rejoints par d’autres éléments tels que le güiro et la mâchoire de l’âne (instruments andins), accompagnés par le violon, les maracas, le bongo et les congas qui évoquent le jazz latin. Un mélange exquis pour toutes les oreilles, une fusion qui actualise les sons traditionnels latins du landó et du festejo, et rapproche les sons du reggae et du latin jazz.  Tout cela avec les voix puissantes, l’énergie séduisante et singulière des jumeaux José et Miguel Ballumbrosio, continuateurs de la lignée musicale afro-péruvienne héritée du célèbre Amador Ballumbrosio, et avec une longue carrière musicale. Ils ont apporté le rythme du folklore afro-péruvien au rock-pop du chanteur et compositeur péruvien Miky González. Ils ont collaboré avec de nombreux artistes internationaux, et sont les créateurs du Teatro El Milenio et de La Tarumba.

Le groupe est également composé du guitariste et producteur Kike Larrea, créateur de groupes à succès tels que Los Mojarras et Arba en France, ayant une grande expérience des groupes de jazz et de musique latine.

Ils se sont imposés comme un groupe international, se produisant sur des scènes importantes tant en France qu’au Pérou. Ensemble, ils montrent que la musique traditionnelle est aussi importante que la musique moderne, surtout quand elle peut être fusionnée. Aujourd’hui, le trio fusionne les mélodies et les instruments andins, coloniaux et européens pour donner naissance à sa propre musique, une musique universelle aux paroles engagées et vindicatives, car la musique et la culture ne seraient pas ce qu’elles sont sans l’apport africain, en l’occurrence afro-andin, et de là, le nom de son premier album : Yana Runa (noir andin en quechua).

Miguel BALLUMBROSIO

Il est célèbre au Pérou depuis l’âge de 9 ans et sa participation au film Juliana. À 14 ans, il commence une série de tournées internationales avec le rockeur péruvien Miki Gonzales. À 17 ans, Miguel émigre à Lima. Il y joue avec différents groupes péruviens : Cofradía Negra, Teatro Milenio ou funk-fusion (La Pura Purita) avant de partir à la conquête de l’Europe avec le groupe Milenio. Ces groupes ont enregistré le CD "Viento y Ausencia" en France en 2002. Quelques années plus tard, Miguel s’installe en Espagne, où il explore la fusion avec Hechos Contra El Decoro. Il s’inscrit comme percussionniste du groupe pour l’enregistrement du CD "Línea de fuga".

En France, depuis 2004, Miguel Ballumbrosio fait déjà partie de groupes de jazz renommés, où il fusionne le cajón et le zapateo, partageant la scène avec des musiciens tels que Chucho Valdés, Giovanni Hidalgo, Rubalcaba, entre autres. Miguel devient également membre du Groupe afro-péruvien "Chinchiví". Il est également fondateur du quatuor de musique créole Canela", qui diffuse le répertoire traditionnel de la côte péruvienne et a également fait partie du groupe du percussionniste argentin vivant en France "Minino Garay y Los Tambores del Sur", le Paris Jazz Big Band, les Frapadingos, Inca Mandinga .

Professeur de percussions et de danses afro-péruviennes dans des centres privés et publics tels que la Cité de la Musique - Philarmonique de Paris de 2004 à 2016, aujourd’hui encore, Miguel se rend dans des universités des États-Unis afin de promouvoir la culture afro-péruvienne pour faire connaître les traditions afro au Pérou. Il dirige des ateliers techniques de fabrication d’instruments de percussion et donne des cours de perfectionnement professionnel et des conférences sur la culture noire afro-andine au Pérou.

Il y a huit ans, Miguel construit dans sa patrie, El Carmen-Chincha, le Centre culturel Amador Ballumbrosio, un lieu pour préserver et transmettre la culture afro-péruvienne et andine du Pérou.

 

Dans la formation Trio Ballumbrosio il est accompagné par son frère jumeau José « Picchio » Ballumbrosio, percussionniste de renommée internationale surnommé "El maestro de las percusiones''. José Ballumbrosio, percussionniste, chanteur et violoniste est aussi un des meilleurs artistes représentant de l’art du « Zapateo », claquettes traditionnelles du Pérou. Il croise dans son travail les influences musicales péruviennes, brésiliennes ou celles des Caraïbes.

 

Le troisième membre du trio, Kike Larrea, est un musicien, auteur, compositeur, arrangeur, interprète et producteur péruvien installé en France depuis les années 90. Kike s’est définitivement établi dans le paysage musical péruvien lorsqu’en 1992, en tant que guitariste et producteur, il a mené l’émergence de "Los Mojarras", un phénomène musical qui, avec sa montée fulgurante en popularité, a ouvert la voie au mouvement de rock fusion qui s’est fortement développé au Pérou depuis lors.

Après son arrivée en France, Kike, tout en poursuivant ses études de sociologie, parvient à s’impliquer dans divers projets locaux en tant que guitariste et producteur, dont les plus notables sont "ARBA", un groupe instrumental latino-oriental, "Alameda", un trio de musique créole moderne, et "Chinchiví", un groupe de musique afro-péruvienne avec lequel il a tourné en France et en Europe pendant dix ans, et pour lequel il a produit l’album "Yana Runa".